Le plan filière peuplier

Actualité - Association

La ressource en bois de peuplier est en baisse régulière. Cette pénurie de bois va affecter toute une filière. Cette information relayée par l’ensemble des médias nationaux (journaux télévisés de TF1, France2, M6..) avec le slogan "La boîte à camembert est menacée" vise à éveiller les consciences des populiculteurs et nos concitoyens.


En 15 ans, nous sommes passés de 2 millions de plants vendus par an au niveau national à 600 000 aujourd’hui. Actuellement 6400 ha/an de peupliers sont récoltés pour 4500 ha/an reboisés. Le déficit de plantations va amener la filière populicole vers une pénurie généralisée vers 2019-2020. La région Hauts de France est aussi concernée par cette diminution de la ressource.

De nombreux emplois (pépiniéristes, scieurs, transformateurs….) dans nos régions sont fragilisés.


Pour faire face à ces difficultés, les acteurs de la filière populicole se sont réunis en créant l’association Peuplier Nord-Pas de Calais/Picardie.


Rejoignez l’association
Peuplier Nord Pas de Calais-Picardie pour :
- Encourager la plantation de peupliers
- Promouvoir le bois de peuplier dans ses débouchés actuels et ses nouvelles utilisations
- Préserver notre savoir-faire et nos emplois locaux

À télécharger :


Présentation de la filière peuplier

Photo de peupliers (jpg - 101 Ko)

La France est le premier pays producteur de peuplier en Europe. Alors qu’il n’excède pas plus de 3% de la surface forestière feuillue, le peuplier fournit en moyenne, chaque année, plus de 20% de la production de bois d’œuvre.

Loin d’être anecdotique, le peuplier est une ressource majeure qui occupe environ 240 000 ha en France.

La région Hauts de France constitue sans conteste le plus grand bassin populicole français. On y compte environ 45 000 ha de peuplier.

La Picardie est l'une des premières régions populicoles françaises bien que la surface populicole régionale ait régressé de 30 à 40% durant les 30 dernières années.


Les problèmes rencontrés

Photo de rouilles (jpg - 94 Ko)

La baisse des prix, les problèmes sanitaires tels que la rouille, l’augmentation des pressions environnementales expliquent le désintérêt des propriétaires pour le peuplier. La rouille, champignon destructeur, s’est installée à la fin des années 1990. Elle provoque une perte prématurée du feuillage.

La croissance de l’arbre est ralentie, il s’affaiblit et, sans traitement, est destiné à mourir. C’était un problème majeur dans notre région et sur la France entière principalement pour 2 cultivars très plantés.

Parmi les cultivars (contraction de « variété cultivée »), le Beaupré fut sans conteste le plus affecté. On a évalué à 8000 ha (25% de la ressource) la surface de Beaupré concernée dont la moitié serait condamnée. Toutefois, les propriétaires qui ont fait le choix de renouveler leurs peupleraies malades en diversifiant les cultivars devraient revaloriser les parcelles touchées.

Schéma d'évolution des prix (jpg - 48 Ko)

La campagne d'informations

Photo de réunion (jpg - 80 Ko)

Depuis 2006, une campagne d’informations et de vulgarisation auprès des propriétaires de peuplier de plus d’un hectare est conduite au sein des Hauts de France.

Ces réunions ont pour objet d’inciter les propriétaires à renouveler leurs peupleraies mûres ou dépérissantes.

Le peuplier reste à ce jour une essence remarquable. Sa vitesse de croissance fait de lui l’essence la plus rentable. Mais la populiculture est néanmoins exigeante et nécessite des précautions. L’adaptation des cultivars aux stations et la diversification sont les mots d’ordre !

Enfin, les élagages sont incontournables dans la vie de l’arbre et apportent une valeur ajoutée aux populiculteurs.

Le peuplier est destiné soit à être scié (bois de second choix pour la fabrication de poutres, d'avivés pour le lamellé collé, de palettes, de caisses) soit à être déroulé (bois de premier choix) pour la fabrication de panneaux de décoration, d'aménagement intérieurs et d’emballages légers ou de contreplaqués.

À télécharger :


Le secteur aval de la filière

Photo intérieur entreprise (jpg - 61 Ko)

L’aval de la filière connaît aussi quelques difficultés. En 15 ans, le nombre de scieurs de peupliers a été divisé par trois. L’arrivée sur le marché de sciages de résineux importés des pays de l’Est en est la principale cause. Le chiffre d’affaires du secteur a été divisé par deux en quelques années.

Les entreprises de déroulage sont peu nombreuses. Elles ne consomment qu’une partie de la production. A ce jour, parmi les 225 000 m3 de déroulage récoltés en Picardie, la moitié est exportée vers l’Italie. Les prix plus élevés du transport, ont fragilisé ce marché.

A la fin des années 90, les entreprises régionales de transformation se sont fédérées pour faire face à la crise. Plusieurs pistes pour trouver de nouveaux débouchés avaient été explorées.
Depuis quelques mois, un projet de relance de la filière populicole émerge. Les acteurs de la filière populicole se sont réunis en novembre 2006 pour faire état de la ressource, des avancées technologiques dans la valorisation du matériau peuplier et des nouveaux débouchés possibles. Parmi les nouvelles alternatives, le bardage et le lambris en peuplier offrent d’intéressantes perspectives. Par ailleurs, l’évolution du marché de la construction assurent au peuplier de nouvelles opportunités.

Ce projet s’inscrit dans le cadre de la création du pôle de compétitivité « Industrie et Agro-ressources » destiné à valoriser les ressources végétales régionales.


Les 18 fiches sur les stations à Peuplier de l'IDF

Auteurs : Éric Paillassa SUF IDF du CNPPF - Groupe de Travail Peuplier IDF - version décembre 2008
Source des données : Réseau Expérimentations Peuplier de la Forêt Privée Française - GT Peuplier IDF

À télécharger :