IBP : Indice de Biodiversité Potentielle

L'Indice de Biodiversité Potentielle (IBP) est un outil conçu pour que le gestionnaire puisse aisément intégrer la biodiversité taxonomique ordinaire dans sa gestion courante. Il est principalement basé sur l’observation des arbres, des peuplements et des milieux associés.

Depuis 2008, un programme de R&D est mené pour diffuser l’IBP et faciliter son utilisation, l’améliorer et acquérir des connaissances nouvelles.

Pierre GONIN

Actions et partenariats

Diffusion IBP en 2016

Formation

Formation des professionnels : 5 modules pour les professionnels (Corse, Lozère, Somme et Suisse).

Formation des propriétaires : appui aux formations proposées par les CRPF (Fogefor, réunions…) et animation de 2 journées d’information (Pyrénées Atlantiques et Hérault).

Communications

1 poster au congrès forestier mondial ; 6 communications orales lors de colloques/séminaires internationaux ou nationaux ; 1 présentation à l’occasion de la journée internationale des forêts.

Mise à jour des documents d’aide à la mise en œuvre de l’IBP (FAQ, définition et présentation de l’IBP).

Rédaction ou co-rédaction d’articles sur l’IBP ou ses facteurs dans des ouvrages collectifs, des revues nationales et sur le web (2 articles + 3 articles acceptés) et d’articles dans des revues scientifiques à comité de lecture, concernant les microhabitats, le bois mort, les très gros arbres et la continuité de l’état boisé (2 articles publiés et 2 articles en révision ou soumis).

Appui technique

5 actions d’appui technique pour la mise en œuvre de l’IBP aux CRPF et à d’autres partenaires (Cetef, parc national...).

Supports et outils de communication et de travail

Actualisation de la page internet consacrée à l’IBP sur le site internet de la forêt privée avec mise en ligne des nouveaux documents.

Réunions thématiques entre utilisateurs IBP (projets SNB-SLDF, marteloscope…).

 
Programme de recherche mené avec l’Inra Dynafor en 2016

Les résultats sont publiés dans des revues nationales et internationales à comité de lecture et s’articulent autour de deux axes :

-      poursuite des études en cours : relations entre facteurs de l’IBP et taxons, étude des microhabitats dans les lisières de bois, effet de la mise en libre évolution ;

-      amélioration et simplification du protocole d’observation des microhabitats de l’IBP (facteur f).

 
Partenariats

Ensemble des CRPF. Chercheurs : UMR Dynafor (Inra/INP/Ensat/EIP), équipe EFNO de l’Irstea de Nogent-sur-Vernisson. Ensemble des acteurs de la filière bois : propriétaires et leurs représentants, gestionnaires, administrations et établissements publics, monde associatif.

 

Résultats et perspectives

L’IBP est largement connu en France, mais son utilisation pourrait être plus étendue. A ce stade de développement, deux enjeux apparaissent prioritaires : pouvoir évaluer l’usage de l’IBP et élargir son utilisation. Pour cela, l’un des axes du programme 2016 sera la création d’un réseau d’utilisateurs, complété par la poursuite d’une part des actions de diffusion et d’amélioration de l’IBP, indispensables pour faire connaître l’IBP et faciliter son utilisation, d’autre part des travaux de recherche qui permettent de consolider l’IBP du point de vue scientifique.

À télécharger :