Logo Forest CO2 (jpg - 16 Ko)

FOREST CO2

Le CNPF est impliqué dans le programme FOREST CO2 (LIFE 14 CCM/ES/001271) « Quantification des puits de carbone forestier et développement des systèmes de compensation comme outils d’atténuation du changement climatique » avec six partenaires espagnols : les Régions de Murcie et de Galice, l’Université de Cordoue, le CESEFOR et les bureaux d’études Agresta et Ingeniería del entorno natural (IDEN).

Logo des partenaires du programme FOREST CO2 (jpg - 38 Ko)

Forêt et carbone, un besoin des entreprises et des collectivités (jpg - 77 Ko)

Une analyse des attentes des entreprises, établissements publics et collectivités territoriales a été réalisée pour mieux comprendre leurs besoins concernant les projets de compensation carbone dans le secteur forestier. Le rapport de l’étude est téléchargeable ci-dessous.

À consulter :


Une étude innovante d’évaluation des stocks de carbone dans des peuplements de pin maritime dans les Landes de Gascogne a été effectuée à partir de données issues de corrélation d’images aériennes et a donné des résultats satisfaisants, avec une précision de 80% par rapport aux résultats de l’inventaire forestier national. 


Cartographie des stocks de carbone dans la biomasse aérienne des pins maritimes dans les Landes (png - 8494 Ko)

Plusieurs itinéraires sylvicoles du pin maritime ont été analysés par rapport au bilan carbone ; l’itinéraire « standard » (révolution de 44 ans) est le plus optimal en termes de stockage de carbone en forêt et dans les produits bois.

À télécharger :


Par ailleurs, le CRPF Occitanie est en train de développer une méthode d’estimation de gains en carbone sur des itinéraires de pin d’Alep, essence prépondérante dans le bassin méditerranéen. Le CRPF intègre le modèle de croissance NRG (Dreyfus et Fortin, 2017) sous CAPSIS et effectue la modélisation grâce à l’outil CO2fix.

L’objectif est d’inciter les propriétaires à mener la première éclaircie de pin d’Alep (intervenant entre 25 et 35 ans selon la fertilité) et de faire prendre en charge cette éclaircie déficitaire par des « financements carbone ». Un guide technique est en cours de rédaction et sera prochainement téléchargeable sur le site.

En 2020, le CNPF va développer ce type de projets carbone en région méditerranéenne en espérant qu’une telle méthode soit reconnue par le label Bas-Carbone.


Première éclaircie en pins d'Alep © Raphaël Bec (jpg - 202 Ko)

La première éclaircie consiste souvent à ouvrir les cloisonnements et à faire du sélectif au sein des peuplements de pins d'Alep