La gestion durable des forêts est souvent remise en cause par la présence excessive du grand gibier, qui interdit tout renouvellement dans des conditions techniques et économiques satisfaisantes. L’équilibre sylvo-cynégétique est une préoccupation de plus en plus prégnante pour de très nombreux forestiers et chasseurs. Pourtant, contrairement aux changements climatiques ou aux pathogènes envahissants, des solutions techniques existent pour rétablir une harmonie qui reste à portée de main.

L'équilibre sylvo-cynégétique : la recherche d'une harmonie entre la forêt et le gibier

Les cervidés font partie intégrante des écosystèmes forestiers, et leur présence est souhaitable. Mais depuis 30 ans, leur nombre a fortement augmenté, et cause parfois des dégâts sur les parcelles forestières.

La recherche d’une harmonie entre la forêt et le gibier est essentielle pour permettre le bon fonctionnement de l’écosystème, mais aussi une production forestière et une chasse durables.

Ce film explique comment et pourquoi revenir à cet équilibre.

L'équilibre Forêt-gibier, c'est possible !

Une méthode simple, pratique et éprouvée, a déjà fait ses preuves. 

Elle relève d’une démarche partenariale, élaborée par la délégation régionale Bretagne-Pays de la Loire du CNPF et la Fédération des Chasseurs des Côtes d’Armor. Elle peut être dupliquée dans les forêts de plaine.

Elle est décrite dans le "Guide pratique de l'équilibre Forêt-gibier", de Pierre Brossier et Jacky Pallu, qui a été récompensé du 1er prix des "Honneurs de la Chasse Laurent Perrier Groupama" au Game Fair 2017.

Une plateforme comportant 21 vidéos explicatives et le guide à télécharger a été créée conjointement avec les chasseurs, pour vulgariser cette méthode. 

Comment quantifier les dégâts de gibier dans les boisements ?

Des fiches d’inventaire de dégâts simples et faciles à utiliser permettent de connaître l’état de la situation « au sortir de la parcelle », et facilitent le dialogue et le travail en commun entre forestiers et chasseurs. Elles sont issues du "Guide pratique de l'équilibre Forêt-gibier" et ont élaborées par un ensemble de partenaires des mondes de la chasse et de la forêt et des services de l’Etat. Les dernières versions sont à télécharger ci-dessous.

Comment signaler les dégâts de gibier dans les boisements ?

Dans le contexte du Plan de relance, où près de 30% des budgets de reboisement sont consacrés à la protection des dégâts de gibiers, il est essentiel de pouvoir établir une cartographie nationale précise. La nouvelle plateforme de signalement des dégâts de gibier permet de participer activement à cette démarche.

Le propriétaire et son gestionnaire forestier peuvent ainsi alerter les organismes en charge de la chasse, afin de trouver une solution sur le territoire concerné. Signaler les dégâts :

  • c’est disposer de données pour adapter les attributions des plans de chasse et mieux prélever ;
  • c’est identifier les secteurs à problème où agir au sein des territoires.

Grâce à vos signalements, les techniciens forestiers et les élus du CNPF peuvent suivre et constater dans quelles communes de leurs secteurs se trouvent les dégâts, et être force de proposition dans le cadre de la commission départementale de la chasse et de la faune sauvage (CDCFS). Ils peuvent ainsi agir et trouver les meilleures solutions aux problèmes d'équilibre sylvo-cynégétique.

Le protocole de déclaration des dégâts de gibier est établi. Les forestiers (propriétaires, gestionnaires, DDT, CNPF...) doivent constater ces dégâts sur le terrain. Une fois le constat établi, les données sont enregistrées en ligne sur la plateforme. Le CNPF et ses partenaires travaillent au déploiement de ce nouvel outil et à son évolution à l'usage. Rapprochez vous de votre délégation régionale pour des informations et des conseils adaptés à votre situation locale.

La plateforme nationale forêt-gibier, un outil indispensable pour la préservation des forêts !

Se former : l'équilibre Forêt-Gibier en pratique

Savoir réaliser un état des lieux précis des pratiques sylvicoles et cynégétiques est nécessaire pour effectuer un bon diagnostic de l’équilibre Forêt-Gibier et mettre en place d’éventuelles mesures d’amélioration ou correctives.

Tous les ans, le CNPF-IDF organise un stage sur l'équilibre forêt-gibier, destiné à tous ceux qui souhaitent disposer d’une méthode et veulent se perfectionner dans la gestion de cet équilibre toujours précaire.

Le Guide pratique de l’équilibre Forêt-Gibier est offert aux stagiaires.

Chevreuil - Pierre Brossier © CNPF

Se documenter : des guides et une sélection d'articles sur l'équilibre forêt-gibier

Forêt-entreprise n°250

Le numéro de janvier-février 2020 de la revue Forêt-entreprise consacre son dossier à l'équilibre forêt-gibier : état des lieux, témoignages et expériences de terrain sur le sujet.

Le n°250 à télécharger

Impacts du grand gibier. Comment les identifier, les quantifier, les limiter

Ce guide apporte tous les éléments pour établir un constat solide de la présence d'un déséquilibre, et propose des solutions pour rétablir cet équilibre agro-sylvo-cynégétique.

Le guide à commander

Guide pratique d'évaluation des dégâts de cervidés en milieu forestier

Cet guide pratique permet de faire un pronostic de l'avenir des peuplements forestiers et d'identifier les secteurs géographiques où la pression exercée par les cervidés n'est plus supportable.

Le guide à télécharger

Glossaire Forêt-gibier : les mots pour le dire

  • Abroutissement

    Consommation de bourgeons, feuilles, aiguilles, pousses, semis et plantules, à portée de dent des animaux. Comportement alimentaire des cerfs (jusqu'à 150 cm), des chevreuils (jusqu'à 110 cm), des livres (jusqu'à 70 cm), et des lapins (jusqu'à 50 cm). Dégâts sur jeunes plants : formation de baïonnette (un bourgeon latéral reconstitue la flèche broutée, réversible), aspect buissonnant (abroutissements répétés, irréversible), voire quasi-destruction des plants (40 à 90% selon les essences quand la population de gibier est trop forte).

    ACCA

    Association communale de chasse agréée. Forme particulière de société de chasse permettant de regrouper le foncier morcelé. Il ouvre la possibilité pour chacun des membres, propriétaire ou non, d'avoir accès à un territoire mais dépossède le propriétaire forestier de son droit de chasse individuel.

    Association de chasse ou société de chasse

    Les détenteurs du droit de chasse peuvent se regrouper et mettre leur territoire en commun en créant une association. Selon les statuts, chaque membre peut chasser sur l'ensemble du territoire.

  • CDCFS

    Commission départementale de la chasse et de la faune sauvage. Instance de gouvernance ayant pour rôle de donner des avis au préfet en matière de réglementation de la chasse et de gestion de la faune sauvage. Elle est surtout connue par l'avis qu'elle donne au préfet sur les attributions de plan de chasse. À l'instar de la CDCFS, le Conseil national de la chasse et de la faune sauvage, organe consultatif donne des avis au ministre chargé de la chasse.

  • Ecorçage

    Prélèvement de grands lambeaux d'écorce avec les dents et consommés intégralement par le cerf. Dégâts sur les tiges des jeunes arbres. Comportement provoqué par un dérangement excessif des populations et par besoin alimentaire. Très rare chez le chevreuil (en période de disette alimentaire importante et prolongée, dans des biotopes très pauvres et à forte densité d'animaux).

  • Fédération des chasseurs

    Structure départementale, régionale ou nationale, représentant les chasseurs. Elle gère le gibier et l'ensemble de la faune sauvage (prépare et assure la mise en œuvre du SDGC, structure et aménage les territoires de chasse, assure la prévention et l'indemnisation des dégâts...), conseille et forme les chasseurs, piégeurs et public, participe à l'entretien et à la restauration des milieux naturels.

    Frottis

    Blessures aux tiges et aux troncs par décollement de l'écorce en lambeaux ou lacérations profondes selon la période des dégâts. Comportement imputable aux cervidés mâles en période de frayure ou de rut.

  • GIC

    Groupement d'intérêt cynégétique. Association regroupant les détenteurs du droits de chasse sur une ou plusieurs communes afin d'avoir une gestion concertée du gibier. Chaque détenteur continue de chasser sur son territoire.

  • ICE

    Indicateurs de changement écologiques. Un ICE est un paramètre mesuré sur un animal ou un végétal dont l'évolution dépend de celle du système population / environnement. Afin de caractériser le changement d'état du système population / environnement, trois ICE sont complémentaires avec un suivi de longue durée sur (1) les variations d'abondance de la population, (2) la performance des individus et (3) la pression de la population sur son milieu.

  • ONCFS

    Office national de la chasse et de la faune sauvage. Cet établissement public accomplit des missions de police de la chasse et de l'environnement, réalise des études et recherches sur la faune sauvage et ses habitats et conduit des actions de développement.

    ORGFH

    Orientation régionale de gestion de la faune sauvage et de ses habitats. Arrêté par le préfet, ces orientations dégagent une politique régionale pour l'ensemble de la faune sauvage (à l'exception des poissons) et recherche les moyens d'améliorer leur habitat.

  • Plan de chasse

    Fixation annuelle du nombre d'animaux que l'on peut prélever. Les animaux soumis à un plan de chasse obligatoire sur l'ensemble du territoire national sont : cerf, chevreuil, daim, mouflon, chamois et isard. Les attributions d'animaux à prélever se font par unité de gestion cynégétique.

    Plan de gestion

    Il a pour objectif la protection, l'amélioration et l'exploitation rationnelle de la faune sauvage et de ses habitats. Il est appliqué à une ou plusieurs espèces, suivant un arrêté préfectoral. Il n'est pas obligatoire.

  • Rongement d'écorce

    Morsures de l'écorce des jeunes plants par les lièvres et lapins. Sur des tiges de 5-6 cm de diamètre en moyenne, sur un côté ou parfois jusqu'à l'annelation complète. Dégât alimentaire lié au manque de nourriture, principalement en hiver, et au besoin pour l'animal d'user ses incisives.

  • SDGC

    Schéma départemental de gestion cynégétique. Elaboré pour six ans, ce schéma comprend toutes les mesures de nature à améliorer la pratique de la chasse, la gestion de la faune et la préservation des habitats. Il fixe les dispositions relatives à l'équilibre agro-sylvo-cynégétique à l'échelle des unités de gestion cynégétique. Ce schéma inclue tous les dispositifs existants (plan de chasse, plan de gestion, période, prélèvement maximum, etc.) qui permet la recherche de cet équilibre.

  • UGC

    Unité de gestion cynégétique. Unité territoriale homogène cynégétiquement, qui idéalement se rapproche de l'unité de population pour la ou les espèces considérées. La CDCFS propose au préfet le nombre d'animaux à prélever pour chaque plan de chasse individuel au sein d'unités de gestion cynégétique.

    Unité de population

    Ensemble des individus, mâles et femelles, socialement en contact au cours du cycle annuel. Par extension, espace géographique exploité par ces individus : pratiquement, quelques centaines à quelques milliers d'ha pour le chevreuil, quelques milliers à quelques dizaines de milliers pour le cerf élaphe.